Cherchez, trouvez, surfez avec l’app WeeSurf

Partagez cet article Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

Le secteur du marketing sportif attire de plus en plus de startups tournées vers le digital, les sports de glisse n’échappant pas à la règle. Avec la reprise du Samsung Galaxy Championship Tour, le surf est de nouveau au premier plan pour une nouvelle saison qui s’annonce pleine de surprises. C’est dans cette actualité qu’une nouvelle application mobile, WeeSurf, lance ses services pour les surfeurs du monde entier.

La naissance de WeeSurf lors d’un voyage à Bali

La création de WeeSurf est apparue lors d’un surftrip à Bali, spot mondialement connu. Lors d’une session, Maxime (l’un des 3 fondateurs) fend sa planche en 2 et se rend compte qu’aucune installation autour de lui ne peut l’aider à la réparer. Après plusieurs autres revers durant le trip, Maxime rentre en France pour reprendre ses études en entrepreneuriat et décide de lancer le projet WeeSurf. WeeSurf, c’est une application mobile qui se présente sous la forme d’une carte interactive localisant les points d’intérêts pour les surfeurs en prodiguant des informations utiles (matériel, magasin, école de surf, spots, conditions météos, webcams…). La première version de l’application est sortie l’année dernière uniquement en France et suite à des retours très positifs, la version grand public a été lancée au début de l’année 2016, s’exportant rapidement à l’étranger avec près de 5 000 points d’intérêts recensés.

WeeSurf

Combler le gap digital de l’industrie de la glisse

La création de cette application répond à un besoin pour les surfeurs mais surtout à un gap digital de l’économie de la glisse. En effet, certaines grandes marques ou magasins franchisés n’ont toujours pas mis en place des solutions d’acquisition client, de tracking des achats ou encore d’analyse de la consommation. L’objectif de WeeSurf est de reconnecter l’offre et la demande en mettant directement en relation les acheteurs et les points de ventes physiques, qui ne sont désormais plus que des vitrines pour un achat sur Internet. WeeSurf, via les informations du profil de l’utilisateur, sait que le surfeur a une préférence pour un type particulier de combinaison et que son dernier achat remonte à 2 ans. Son rôle est alors de proposer cette combinaison au même prix qu’Internet ou avec une réduction dans un point de vente physique à proximité de chez lui et ainsi le pousser à faire des achats supplémentaires. Du coup la cible de WeeSurf sont plutôt les établissements indépendants chez qui le besoin d’attractivité du client est plus grand car ils ont moins de moyens à y allouer.

De nouvelles pratiques démocratisent les sports de glisse

On pourrait croire que les sports extrêmes sont devenus populaires ces dernières années mais pour les fondateurs de l’application, les sports de glisse ont toujours intéressé le grand public. En prenant l’exemple du surf, c’est plus de nouvelles pratiques comme le Stand Up Paddle qui se démocratisent. Ce phénomène a été amplifié par le digital, utilisé massivement par des entreprises comme Chanel, Lacoste ou encore Hollywood qui s’identifient au sport mais surtout aux valeurs qui y sont associées.

Une illusion d’accessibilité a été créée mais il faut garder à l’esprit que tout sport extrême reste dédié à une cible réduite du fait de sa technicité ou de l’investissement dans le matériel (1500€ pour un ensemble de surf).

Le développement du digital dans le surf s’appuie sur des startups

Certaines voix s’élèvent pour se révolter contre ces marques qui soit disant dénaturent les sports de glisse et leurs valeurs. Avec leurs gros budgets, ces entreprises permettent de développer de nouveaux matériaux ou de nouvelles techniques qui poussent toujours plus loin la pratique des sports extrêmes tout comme leur contributions dans l’économie de la glisse via le sponsoring ou la communication. Cependant, l’innovation technologique dans le surf est assez faible (Rip Curl et Nixon ont développé une montre connectée) et c’est désormais aux startups de prendre le relai du développement digital.

Les marques déconnectées du surf ont une liberté plus grande

Pour prendre l’exemple du surf, si Samsung n’était pas venu prendre le naming du championnat du monde de surf, l’avenir de celui-ci aurait peut-être été tout autre. « Nous préférons avoir des contenus de qualité plutôt que ne plus pouvoir suivre notre sport favori », avis que beaucoup de pratiquants et d’amateurs partagent. Les marques externes au milieu des sports extrêmes ont une totale liberté d’action car elles sont exemptes de toute passion du sport, rendant leurs choix réfléchis et étudiés car l’investissement est très important.

« On a hâte de voir la suite des actions de Samsung dans l’univers du surf et qui sait, WeeSurf sera peut-être son remplaçant ! »

Weesurf

Partagez cet article Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone
One Comment
  1. Bravo Antoine pour toutes ces choses que tu fais! Transmettre ta passion du sport en nous apprenant plein de trucs, c’est chouette !!

    Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *