La Formula E de retour à Paris

Partagez cet article Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

Fort du succès sportif et populaire du premier grand prix de Formula E à Paris en 2016, le tout jeune championnat de monoplaces tout électrique a fait de nouveau étape sur les Invalides la semaine dernière, attirant près de 46 000 spectateurs, du fan de la première heure au curieux.

Un Grand Prix mais pas que ! 

Si le Paris ePrix a vu s’imposer l’écurie Renault Edams avec son pilote Sébastien Buemi (déjà 5 victoires en 6 courses), la sortie de piste du français Jean-Eric Vergne à quelques tours de l’arrivée et l’abandon du champion de l’étape en titre Lucas Di Grassi, la course n’était pas le seul point d’intérêt !

En effet, avec l’Allianz eVillage, les spectateurs ont pu profiter d’un grand nombre d’animations et de stands consacrés à l’univers automobile mais surtout aux innovations technologiques du futur comme l’impression 3D, les voitures de courses sans pilote ou encore les modèles électriques des grandes marques de l’industrie. Les pilotes sont également venus plusieurs fois pour des séances d’autographes afin d’échanger avec le public, majoritairement novice sur le sport automobile, et affronter des fans de jeux vidéos lors d’un tournoi d’E-sport.

 

La stratégie marketing et digitale de la Formula E

Lors de l’Assemblée Générale de l’association professionnelle SPORSORA (organisation des acteurs de l’économie du sport) la veille de l’ouverture du Paris ePrix, l’agence de marketing sportif CSM Sport & Entertainment a organisé une conférence sur la Formula E avec des invités prestigieux tels qu’Alain Prost (Co-propriétaire de l’écurie Renault Edams) ou encore Alejandro Agag, fondateur du championnat.

Pour Alejandro Agag, l’attractivité de la Formula E pour les marques est indéniable car elle permet un tout nouveau positionnement, où story telling et éco-responsabilité ont leurs places. Il en va de même pour les progrès technologiques réalisés pour ce championnat qui seront sans aucun doute la source des voitures électriques de demain. Le vrai point fort de ce championnat est aussi de pouvoir intégrer son circuit au coeur de grandes métropoles internationales comme Paris, New-York ou encore Hong-Kong, ce qui permet d’engager plus fortement la population et d’éveiller davantage les consciences sur la transition énergétique à venir.
Concernant la cible marketing de ce championnat, elle est très différente de la Formule 1 classique, comme l’a démontré l’étude réalisée par CSM Sport & Entertainment. En effet, les millenials sont la cible la plus pertinente pour la Formula E, tant du point de vue de la consommation digitale du sport et que par leur vision du sport de demain. Alain Prost a même avoué avoir rencontrer les amis de ses enfants afin d’écouter leurs retours sur les différentes activations et actions mises en place. Comme l’a souligné Aled Rees (MD Strategy & Consultancy), les prochains défis de la Formula E concernant les millenials seront d’arriver à les fidéliser à ce sport mais également à comprendre comment les engager plus efficacement, sur les réseaux sociaux mais aussi leur engagement direct dans ce sport.

Cette volonté d’engager toujours plus les spectateurs s’illustre parfaitement dans l’activation #FanBoost, qui permet aux fans de voter pour le pilote favori afin de lui fournir un supplément de puissance électrique, le plus souvent pour effectuer un dépassement stratégique. Malgré les progrès fantastiques de la technologie durant ces 2 dernières années, les pilotes disposent de 2 voitures et font l’échange en milieu de course.

La saison de Formula E reprend ses droits dès le 9 juin prochain avec l’étape de Berlin ! Pour plus d’informations sur le championnat de formula e, c’est sur le site de la FIA !

Partagez cet article Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *